661 800 991 info@genest.lu
  • Image
Au Luxembourg, l’immobilier résiste à la crise
30/07/2020
Les prix de l’immobilier dans le pays s’envolent encore malgré la situation difficile du moment. Si les prix de la capitale restent toujours hors sol, ceux d’Esch-sur-Alzette commencent à grimper.

Le marché immobilier luxembourgeois ne semble pas craindre la crise, tant sanitaire qu’économique. Il y a quelques jours, une étude Deloitte a mis en exergue des chiffres toujours plus vertigineux. On sait que depuis 2010 les prix de l’immobilier augmentent de 5,7 % annuellement. Il y a dix ans, il fallait débourser 4 400 euros par mètre carré pour un appartement dans le pays. Aujourd’hui, il faut compter beaucoup plus. Selon l’étude de Deloitte, il faut tabler sur plus de 9 000 euros le mètre carré.

Selon l’Observatoire de l’habitat, entre avril 2019 et mars 2020, le prix moyen d’un appartement déjà construit s’est situé autour de 6 260 euros le mètre carré. Pour un appartement en construction, le mètre carré s’écoule à 7 377 euros. «Se baser uniquement sur les chiffres de l’Observatoire de l’habitat peut être trompeur. L’année dernière a été une très bonne année et les derniers chiffres englobent ceux de l’année dernière et de ce début d’année impacté par le coronavirus. De plus, si le Luxembourg est un petit pays, les prix varient très fortement d’une commune à l’autre», explique Éric, un agent immobilier fort d’une vingtaine d’années d’expérience. «Pour autant, dire que le marché est en crise serait faux. La demande est toujours présente et le nombre de biens reste toujours insuffisant. Donc les prix continuent de grimper», ajoute-t-il.
Des prix parfois hors sol. Sans surprise, la capitale affiche des prix pouvant atteindre, en moyenne haute, 12 668 euros le mètre carré, contre 6 459 euros en moyenne basse. En y regardant de plus près, on peut même trouver des appartements affichant jusqu’à 16 000 et 19 000 euros le mètre carré. Mais ces prix ne sont pas le privilège de la Ville.

En savoir plus